Ma réponse à : Ai-je bien fait?

Par Alexandre

On dit que la nuit porte conseils (ou porte de garage, je ne sais trop), mais j'ai finalement eu ma réponse à ma question existentielle de la soirée du 10 juillet.  (insérez ici une série de jurons et de sacres bien familiers.) Vous devinez ma réponse, mais il ne faut pas avoir de regrets dans la vie. On ne fait juste que prendre de bonnes et de mauvaises décisions.

Il y a des artistes qui se font aimer dès leur arrivée sur une scène et qui savent ce que le mot show veut signifier: en mettre plein la vue aux spectateurs de quelques façons que ce soit. Pour Cage the Elephant, l'essence du spectacle réside en un seul élément: leur chanteur, Matthew Shultz. Dans le dictionnaire, à côté du mot “bête de scène”, on devra rajouter le nom de Matthew Shultz. Il se donne littéralement sur la scène, au grand plaisir des photographes et caméramans. Il a par contre donné un peu de mal à l'équipe technique et à la sécurité lors de ses nombreuses promenades devant et dans la foule.

Leur style musical est assez simple, du rock brut avec une batterie, 2 guitares et une basse. Très années 70 si vous voulez mon avis. Même la gestuelle des musiciens semble inspirée de cette période. J'ai adoré leur prestation de 45 minutes. C'est court, mais ils en valent la peine et chaque chanson était bonne et livrée à la perfection. Juste du bon rock. Quoi demander de mieux.

Girl Talk, quoi dire sur Girl Talk. Quand je regardais les écrans géants, ça me rappelait Bouge de là, mais la musique était bien meilleure dimanche sur les plaines. Allant de Nirvana aux Beatles en passant par The Ramones, Blur, Lady Gaga, Micheal Jackson, Bon Jovi et j'en passe. Malgré le temps maussade, presque toute la totalité de la prestation de Girl Talk s'est déroulée sans pluie ou presque. Je me demande encore si le choix de Girl Talk était approprié, non pas pour l'endroit, car durant le concert des Black Eyed Peas, Will.i.am a fait un peu (au niveau sonore et non visuel) ce que Girl Talk fait et la foule était en feu. Donc, c'est à se demander si la foule était en feu dans les premières rangées, pourquoi ne l'était-elle pas un peu plus loin, là où j'étais? Il faut se le dire, la pluie n'a pas aidé, mais je ne crois pas que ce soit la seule raison. Disons qu'un DJ entre 2 bands rock, c'est un peu weird. Par contre, il faut donner à Girl Talk ce qui lui revient, il a tout essayé pour faire triper la foule. Ballons, lance papier hygiénique, jeux de lumière, “danseurs” sur la scène (dont faisait partie ma collègue Lucile Dijoud), tout y était. Pour les gens près de l'action, ça a marché. Pour ceux plus loin, seuls quelques crinqués s'amusaient au son de la musique, mais beaucoup ne faisaient qu'écouter.  Ceux qui bougeaient le plus étaient tous du même sexe, à quelques exceptions près. De mon point de vue, c'était magnifique à voir. C'est sans doute le meilleur spot pour regarder les shows sur la scène Bell. En plein centre à gauche près de la zone avant-scène, un peu reculé pour voir l'ensemble.

Je n'ai pu voir le show de Black Keys pour plein de raisons aussi valables les unes que les autres. Ce lundi, je me demande si je reste pour Simple Plan ou non. Je les ai vus l'an dernier au Festivent. Je verraisaprès la prestation de Yellowcard.

PS: Pour ceux qui me lisent (et ils doivent être nombreux) et qui se disent “humm Alex, tes textes ne sont pas très longs et pas trop recherchés, force-toi un peu l'gros” je leur dis simplement, je m'en excuse et que j'ai juste un manque d'inspiration.



 

Publié par La Musicographe  lundi 11 juillet 2011
Commentaires
Cette publication n'a actuellement aucun commentaire.

Derniers commentaires



Catégories