L’essence du rock

The Black Keys - Festival d'été de Québec 2011Je serai direct et je ne manquerai pas de subtilité, car on vient, sans contre dit, d’assister au meilleur spectacle du Festival d’été de Québec 2011. Arrivant comme Arcade Fire l’an passé, la formation The Black Keys a convaincu tous les sceptiques.

L’essence même du rock était présente sur Les Plaines d’Abraham pour la superbe prestation du groupe blues rock. Force est d’admettre que ce groupe, composé de seulement deux musiciens, a su transformer une gigantesque scène en un royaume de fun.

Une intense pluie… je veux dire l’orage, tombait et éclairait le ciel au moment où le duo a pris place sur les planches de la scène Bell. L’eau dégoulinait sur les vêtements détrempés et ceux qui portaient des lunettes pouvaient apercevoir des perles devant leurs yeux.

L’esprit du rock, celui qui est sale, celui qui est lourd et celui qui détruit le silence, a complètement enseveli l’espace et c’est la chanson Thickfreakness qui est simplement venue enterrer le tonnerre.  

Le début, dédié aux admirateurs de longue date et rapportant les meilleurs succès provenant de leurs 5 premiers albums, a su mettre les balises d’une performance hors de l’ordinaire. En fait, comment réussir à être aussi efficace et n’être que deux sur scène? Seuls ceux qui ont résisté à la fatigue et à la pluie venue ont pu apercevoir des brides de cette réponse.

Après quelques chansons, la pluie est soudainement disparue et le duo s’est transformé en quatuor, entamant et interprétant les succès de l’album rock de l’année au Grammy : Brothers. Le plaisir et la folie des spectateurs se sont soudainement extrapolés en montant en intensité. C’est Howlin' For You qui a parti le bal, mais Tighten Up et Next Girl sont les deux chansons qui ont volé le cœur du public et transformé le spectacle en vraie fantaisie.

Dan Auerbach était particulièrement à son aise sur cette grande scène mouillée. En fait, il est impossible de passer sous silence le talent infini de ce guitariste, car il sait faire cordialement l‘amour à sa six cordes et embrasser ses « rifts » comme aucun musicien rock ne peut le faire à l’heure actuelle sur la planète.

Une réussite totale pour cette formation qui performait pour la première fois sur le territoire de la vieille Capitale. Puis, quoi de mieux que de terminer un rappel par leur premier triomphe Your touch… Rien.

Girl Talk - Festival d'été de Québec 2011Pis, Girl Talk?

Une chance que ce n’est pas illégal de pouvoir réchauffer une foule lorsque l’on est torse nu et vêtu de jogging, car Girl Talk ne serait jamais apparu sur scène en cette soirée humide et pluvieuse.

Encore une fois, une explosion de joie a entouré les spectateurs présents pour cette performance or du commun. Les Mashups du DJ, mettant en vedette Bonjovi, Nirvana, Pitbull, Britney Spears, John Lennon et bien d’autres, ont mis la foule, réunie sur le gazon des Plaines, en feu.

Bien sûr, une performance de Girl Talk, à l’extérieur et sur une aussi grande scène, ne battra jamais celle de 2009 à l’Impérial de Québec, mais elle a su, grâce à son énergie incroyable, démarrer une fête qui méritait d’être soulignée.

Une soirée parfaite, de A à Z.

Nico

Publié par Nicolas Lachance  lundi 11 juillet 2011
Commentaires
Cette publication n'a actuellement aucun commentaire.

Derniers commentaires



Catégories