Pas un top 5, mais presque...

Auerbach - Festival d'été de Québec 2011

 

Avant de commencer…

 

Pourquoi ne faut-il absolument pas manquer ces cinq spectacles?

 

 

1. Cut Copy

Vendredi le 8 juillet - IMPÉRIAL DE QUÉBEC

 

Planant, rythmé, parfois même psychédélique, mais toujours dans une pop fortement assumée, Cut Copy se démarque et brise les barrières de l’électro rock, car ce groupe australien a su assaisonner sa recette parfaitement.

Ne déplaise à quelques-uns, on croit même, parfois, entendre Bono. Reste que, les synthétiseurs et la basse prédominent l’ambiance. En fait, la mixture musicale de Cut Copy, dirigé par le DJ Dan Whitford, saccade la rythmique et crée des textures plus éblouissantes les unes des autres.

Or le quatuor évolue constamment. Grâce à leurs influences « new-wave » s’approchant parfois de la « danse-punk », les deux premiers opus de la formation leur ont procuré une place de luxe dans l’univers du rock indépendant. Mais c’est le plus récent Zonoscope qui vient bétonner leur style luxuriant.

Donc, c’est assurément à ce genre de soirée que nous devons nous attendre le vendredi 8 juillet à l’Impérial de Québec : un amalgame de saveurs pouvant autant nous faire danser, taper du pied et rêver.

 

 

2. DJ Champion

Samedi le 9 juillet – PARC DE LA FRANCOPHONIE

 

Maxime Morin alias DJ Champion renaît. Résistance était peut-être un disque prémonitoire, mais une chose est certaine, le « hit » Alive Again, du multi instrumentiste, témoigne clairement de la chance que nous avons qu’il puisse être parmi nous pour cette édition 2011 du FEQ.

Il est guéri ce Champion, mais il nous aura fait toute une frousse. La leucémie dont il a été atteint est maintenant derrière lui et la musique du créateur peut enfin reprendre toute la place qu’elle mérite.

Après le délicieux et entrainant Chill’em All, qui fut un triomphe total au Québec et à l’internationale, ayant fait un tabac au FEQ 2006 avec Betty Bonifassi comme chanteuse et ses fidèles G-Strings, Champion nous revient avec Résistance.

Un album qui est plus rock, moins accessible que Chill’em, mais qui mûrit très bien. C’est Pierre-Philippe Côté qui remplace Bonifassi à la voix et soyons franc, il le fait de main de maître.

Il parait que le moment risque d’être extraordinaire, rempli d’émotions, de sueur, de danse, de joie, de VIE. Tel un chef d’orchestre, DJ Champion dirigera ses G-Strings qui vous feront tout simplement voler de sa une musique électronique recherchée, combative et construite pour le « live »!

 

3. The Black Keys

Dimanche 10 juillet – PLAINES D’ABRAHAM

 

Y a-t-il un meilleur duo actuellement sur la planète que The Black Keys? Non, tout simplement. C’est du blues rock pur qui se démarque par sa profondeur, son intensité, et sa poigne de fer. En fait, il n’y a pas de meilleur guitariste sur la scène rock capable de jouer avec une aussi grande précision que Dan Auerbach.

Parfois, on est tout en distorsion et d’autres fois on a l’impression de voler au-dessus des nuages, mais cette nuance n’est pas sans rappeler les belles années des Rolling Stones. Appuyé par sa voix qui se colle à merveille aux ondulations du blues et à l’expression rythmique du genre, Auerbach domine.

Puis à la batterie, il y a Patrick Carney, le maître du tempo! En vérité, depuis que le duo a travaillé sur l’album rap Blakroc en 2009, on retrouve chez les BK un rythme encore plus profond et inspiré. Voilà pourquoi le groupe s’est vu décerner le titre de l’album rock de l’année au Grammy 2011 pour leur 6e opus Brothers.

Depuis un an, le groupe a entamé sa tournée et ne dérougit pas. Soir après soir, les critiques sont remarquables, donc le 10 juillet il ne faudra pas s’étonner si l’on assiste au meilleur spectacle du FEQ 2011. En fait, avec le rock de Cage the Elephant du genre « Weezer » et les mashup de Girl Talk en première partie, c’est le contraire qui serait une surprise.

 

4. Buck 65

Vendredi 15 juillet – IMPÉRIAL DE QUÉBEC

 

Avec Richard Terfry, dit Buck 65, on a parfois l’impression de se retrouver au cœur d’un dialogue cinématographique. Ses « flow » hip-hop, chevauchés d’un blues atrabile et fusionnés à de croustillants rythmes country ne laissent personne indifférent.

Alors, comment appréhender son apparition sur les planches de l’impérial de Québec le vendredi 15 juillet prochain? En fait, grâce à son style débridé et provocateur, l’homme expérimente et gravite les sommets d’un monde inexploré où les nuances sonores, les mouvements corporels et sa voix rauque envoutent les chapitres d’une performance unique en son genre.

Le banjo, les tables tournantes et les basses sont ses outils de prédilection qui, d’un vent harmonique, propulsent de savoureuses orchestrations majoritairement grandioses.

Bref, ce personnage de la Nouvelle-Écosse, maitrisant son art à merveille, est un incontournable qui risque de créer l’une des soirées les plus mémorables de ce FEQ 2011.

 

5. Death from Above 1979

Dimanche 17 juillet – PARC DE LA FRANCOPHONIE

 

Difficile de passer sous silence la réunification du duo Death From Above 1979. Cinq ans après leur séparation, le groupe reprend vie et une série de concerts a été annoncée du même coup. Quelle chance, le festival d’été fait parti de leur itinéraire!

Cette soirée, en sera une, sans contredit, de rock sale, de mots vulgaires et de « trashitude » avancée. Sexe drogue et rock and roll. Le concept de DFA 1979 part de là. Le doute sur les activités des membres a toujours été mystérieux et le mythe qui tourne autour de leur vie sexuelle reste très louche.

Malgré tout, la robuste musique que nous offre le duo s’imprègne d’une qualité sonore impeccable. Le groove garage, la pop débridée et les riffs de guitare dansants vont assurément dépeigner le Parc de la Francophonie. La formation « punk rock » devrait nous jouer un ensemble de leurs meilleures chansons se retrouvant sur leurs deux albums Romance Bloody Romance et You’re a woman, I’m a machine, mais peut-être aurons-nous droit à quelques nouveautés…

En prime, ce sont Galaxie et Malajube qui ouvriront la soirée. Deux des meilleurs groupes rock, à l’heure actuelle, sur la scène québécoise. J’ai un petit faible pour Galaxie, surtout depuis l’excellent disque Tigre et Diesel, quoique La caverne de Malajube ne donne pas sa place. Alors, arrivez tôt, vous ne serez pas déçu.

 

Et vous, quels spectacles vous ne voulez absolument pas manquer?

 

Nico.

 

*** En prime, pour vous préparer à ces soirées, Québec t’aime vous a préparé cinq évènements culinaires et d’ambiance en lien avec ces groupes : Accord musique et resto-bar pour le Festival d’été de Québec   

 

Publié par Nicolas Lachance  jeudi 7 juillet 2011
Categorie: Artistes, Blogueurs
Commentaires
777 7 juillet 2011
WAVVES à soir fuck wiiiii

Derniers commentaires



Catégories